Apprendre à apprendre.

Une notion essentielle dans le changement est de comprendre qu’en psychologie, on n’enlève rien !

Je commence cet article par cette notion car je ne compte plus le nombre de patients qui m’ont demandé dans mon cabinet d’hypnothérapie de Toulouse, de leur enlever une peur, de leur enlever un comportement, etc…

On ne peut pas enlever une peur ou un comportement; Les personnes qui prétendent pouvoir faire cela ne comprennent pas bien les processus de changement du cerveau. Et manquent d’humilité.

Votre cerveau apprend. Quand vous êtes enfant, vous apprenez à faire du vélo, par exemple. Quand vous êtes au lycée, vous apprenez une deuxième langue étrangère. Si vous pratiquez cet apprentissage, il est toujours disponible et opérationnel. Si vous ne le pratiquez plus, vous l’oubliez.

Imaginez simplement que votre cerveau est fait de chemins broussailleux, de routes de campagnes et d’autoroutes.

Au départ, tout est chemin broussailleux. c’est une nature totalement sauvage. Enfant vous devez tout apprendre. A vous retenir de faire pipi ou cligner des paupières quand un objet se rapproche rapidement et dangereusement de vos yeux. Ce que beaucoup de personnes appellent réflexes sont des mouvements appris.

Ce que vous utilisez de temps en temps devient une route de campagne.

Ce que vous utilisez tous les jours devient une autoroute.

Pour changer, on n’utilise plus l’autoroute. On passe par un autre chemin. Mais généralement cela nous amène à devoir passer par un chemin broussailleux. En tous cas au moins, au début. Et l’autoroute, c’est plus facile. Cependant parfois l’autoroute ne convient plus et son apparente facilité cache ses inconvénients.

Ainsi beaucoup de personnes passent un temps considérable à chercher à s’empêcher de prendre l’autoroute. A s’interdire un comportement ou à contrôler leurs émotions pour ne pas reproduire un processus dont elles ne sont pas satisfaites. Et elles s’épuisent !! Pour rien en plus, parce que ça ne fonctionne pas.

Une personne peut par exemple passer un temps considérable à développer des stratégies pour s’empêcher de manger; Cela revient à lutter contre soi ou contre son inconscient pour être plus précis.

Une chose importante à savoir : lorsque vous luttez contre votre inconscient, c’est toujours lui le plus fort. Ce qui amène toutes ces personnes à dire : « j’y peux rien, c’est plus fort que moi ».

Et dans cette phrase, la seule vérité est contenue dans la seconde partie de la phrase : « c’est plus fort que moi !  » . Cela est parfaitement juste puisque l’inconscient est beaucoup plus fort que votre conscient.

Il serait peut être temps de ne plus lutter contre mais d’apprendre à fonctionner en harmonie avec celui-ci.

Votre inconscient fait exactement ce que vous lui demandez. Par contre il est possible que vous ne soyez pas clair dans votre demande.

Une immense majorité de mes patients me demandent de ne plus faire telle ou tel comportement, de ne plus ressentir telle émotion,…

C’est exactement comme si je vous demande maintenant de ne pas penser à une banane.

Cela ne fonctionne pas : vous venez d’y penser.

Donc vous pouvez quelque chose à votre changement mais vous ne savez pas comment. Et souvent quand on se sait pas faire quelque chose on finit par croire que nous avons un problème et que seuls les autres ont un super pouvoir (« la volonté ») qui leur permet de le réaliser facilement.

Les autres n’ont pas de super pouvoirs et vous n’avez pas de problème. C’est juste que vous ne savez pas comment faire parce que personne ne vous a appris à le faire.

Pour changer : il faut apprendre une nouvelle façon de fonctionner !!

C’est tout. Rien d’autre. Apprendre une nouvelle façon.

Mais apprendre n’est pas facile et vous avez oublié cela ! Pourquoi ?

Parce que la plus grande partie des apprentissages se font enfant. Et certains adultes continuent d’apprendre quand beaucoup d’autres n’apprennent plus beaucoup.

Enfant, on vous pousse à apprendre. Tous les jours. Vous êtes stimulés, de manière plus ou moins positive, mais ce n’est pas l’objet de cet article.

Adulte, vous êtes responsable de votre motivation, car vous accordez une liberté de choix différente.

Quand on apprend, on ne réussit pas du premier coup !!! C’est impossible. Et pourtant, un grand nombre de personnes espèrent le changement comme un miracle. Et les miracles, ça n’existe pas (c’est ce que je crois)

Pour apprendre, on passe par une période dans laquelle le comportement nouveau est très approximatif, et au fur à mesure qu’il s’ajuste, il se peut qu’il y ait quelques erreurs.

Et souvent le frein le plus important au changement consiste à focaliser sur les erreurs que l’on commet pendant un nouvel apprentissage.

C’est souvent à ce moment, que l’on peut perdre la motivation. Notamment, par exemple, en se jugeant ( nul, incompétent, faible,…), mais aussi en se culpabilisant (la culpabilité étant de la colère tournée vers soi)

Donc pour changer : il faut déterminer ce que l’on a besoin d’apprendre pour aller mieux (et pas déterminer ce que l’on ne veut plus)

Et ensuite, l’apprendre patiemment, positivement, avec persévérance et indulgence.

Est ce que vous savez apprendre de cette manière ?

Je peux vous accompagner à apprendre patiemment, positivement, avec persévérance et indulgence. De cette façon, vous serez libre de vivre comme vous voulez car pour changer, il vous suffira juste d’apprendre une nouvelle façon de fonctionner;



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *