Lâcher prise

Lâcher prise.

Cette expression est utilisée à tort à et travers, et je remarque bien à quel point peu de gens ont une réelle compréhension de ce mouvement.

Il y a deux mouvements :

Lâcher prise

et

S’accrocher

Il n’y a pas un mouvement mieux qu’un autre. Tout dépend de la situation.

Si vous êtes suspendu dans le vide et que la seule chose qui vous empêche de tomber est le fait que vous tenez une corde avec vos mains. Il est probablement judicieux de s’accrocher.

Pour bien bien appréhender le mouvement de lâcher prise, je vais prendre un exemple simple.

Beaucoup d’entre vous savent sûrement nager. D’ailleurs certaines personnes ont peur de l’eau. En réalité, elles n’ont pas peur de l’eau puisqu’en général, ces personnes prennent des douches.

Elles ont peur pour la plupart d être immergées dans une grande quantité d’eau et de ne pas pouvoir toucher terre (le fond) avec les pieds. Cela leur est parfois encore plus inconfortable de ne pas voir au travers de l’eau.

Lorsqu’une personne se trouve angoissée ou paniquée par cette situation, c’est simplement parce qu’elle imagine qu’elle va couler. C’est une croyance.

Elle considère que son corps va se comporter de manière physique comme une pierre. Elle nie totalement la différence de densité qui existe entre une pierre et un corps humain. Elle nie totalement le potentiel immense de flottabilité des poumons remplis d’air.

Dans son imaginaire, elle envisage un danger, celui de couler. Elle assimile cette possibilité avec le fait de se noyer. Elle imagine un danger, donc elle active la peur.

Dans cette hypothèse, elle imagine qu’une force (qui ressemble à la gravité) va l’attirer vers le fond, comme la gravité nous attire vers le sol quand on tombe.

Cette personne va généralement d’abord commencer par chercher à contrer cette force. Elle va donc utiliser ses bras, et faire des mouvements de haut en bas pour s’opposer à cette force imaginaire.

Cela est très peu efficient dans ce type d’environnement. Elle va donc s’épuiser et imaginer que l’épuisement va la condamner à couler dès qu’elle arrêtera ce mouvement. Elle a cette sensation que ce mouvement est la clé de son salut.

Cependant ce mouvement n’est pas très utile et généralement la personne trouve le moyen de couler. Ce qui est assez remarquable en soi puisque le corps humain a largement plus tendance à flotter (sauf si vous expirez volontairement tout l’air de vos poumons) qu’à couler.

Cet exemple illustre très bien le processus de prophétie auto-réalisatrice.

On peut conseiller à cette personne de « lâcher prise » et de se laisser simplement flotter. Elle ne le fera pas parce qu’elle croit qu’elle va couler.

Elle ne peut pas lâcher prise puisque lâcher prise correspond à un danger encore plus grand que s’accrocher. Si la sécurité n’est pas amplifiée par le fait de lâcher prise, cela crée un paradoxe et la personne va continuer inconsciemment de s’accrocher (survie).

Pour pouvoir lâcher prise facilement, elle doit apprendre qu’elle flotte. En prendre conscience alors qu’elle se trouve dans l’eau. Parce que lui expliquer est inutile. La compréhension ne crée pas de changement, seulement la prise de conscience.

La clé est la prise de conscience du fait de flotter. Dès que cette personne réalise qu’elle peut facilement flotter dans l’eau, tout son comportement change. Ses mouvements deviennent lents et elle peut les diriger de telle manière à se déplacer dans l’eau et pas seulement chercher à garder la tête hors de l’eau.

D’où l’expression, « chercher à garder la tête hors de l’eau « .

Vous pourrez que remarquer que beaucoup de personnes utilisent cette expression pour qualifier ce qu’elle vivent dans leur quotidien. Cela résume leur expérience de vie à : « Si j’arrête mon mouvement, je vais mourir ».

Cela les « oblige » inconsciemment à perpétuer leur stratégie sous peine d’un danger de mort.

Ce qui ne laisse pas de place au changement;

Pour lâcher prise, il faut que lâcher prise soit positif :

C’est à dire que la décision de lâcher et l’action de lâcher aient pour résultat une amélioration significative de votre sentiment de sécurité ou de votre sentiment de liberté.

Si vous imaginez que lâcher va aggraver votre situation (détériorer votre potentiel de sécurité ou de liberté), votre inconscient va vous empêcher de lâcher. Et heureusement que votre inconscient fait cela. C’est très utile dans de nombreuses situations pour éviter de mourir.

C’est pour cette raison, qu’une personne qui se suicide considère TOUJOURS la mort comme plus agréable que sa vie. Elle considère la mort comme positif pour son bien être. Ce n’est qu’en considérant la mort comme une solution que l’action peut être acceptée par l’inconscient.

Le changement consiste à changer notre point de vue sur ce qui peut être positif pour nous. Alors, lâcher prise se fait automatiquement. C’est spontané.

Je peux vous accompagner dans mon cabinet d’hypnose de Toulouse à lâcher prise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *